L'Afrique Centrale s'engage pour la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes

L’Afrique Centrale s’engage pour la Décennie des Nations Unies

L'Afrique Centrale s'engage pour la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes

L’Afrique Centrale s’engage pour la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes

La Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes est le programme le plus concret et le plus ambitieux, destiné à restaurer la nature dans son ensemble. Cette initiative a été votée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 2019 et notre association Free Spirit en est l’un des acteurs officiels. Concernant cette initiative, l’Afrique centrale s’engage à soutenir celle-ci. 

Dans le cadre du Défi de Bonn (le Défi de Bonn ou « Bonn Challenge ») qui est un objectif mondial visant à restaurer 150 millions d’hectares de paysages dégradés et déboisés d’ici 2020 et 350 millions d’hectares d’ici 2030) et de l’AFR 100 (l’Initiative pour la restauration des paysages forestiers africains, qui est un effort mené par les pays pour restaurer 100 millions d’hectares de terres en Afrique d’ici 2030), les pays d’Afrique centrale se sont engagés à restaurer 35 millions d’hectares de forêts dans le bassin du Congo.

Cet engagement réparti dans 7 pays d’Afrique centrale représente 24% des engagements mondiaux et 28% des engagements des pays africains dans le cadre des défis Bonn. S’agissant  de l’AFR100, les engagements des pays d’Afrique Centrale représentent 35% des engagements de l’Afrique. La mise en œuvre de cet engagement correspond à des bénéfices potentiels.

La restauration des forêts en Afrique centrale (Bassin du Congo) se traduirait par 3,37 Gt de CO2 séquestré (en bénéfices climatiques). Dans le cadre du défi de Bonn, 30 pays se sont engagés à restaurer 126 millions d’Hectares de forêts d’ici 2030. Pour transformer cette ambition en réalité, des acteurs du secteur privé ont fait la promesse d’investir $481M (Ecoplanet Bamboo, Green Fund, NatureVest, etc…)

Préserver les forêts et limiter la déforestation de masse est un enjeu majeur pour la santé de la planète. Chaque année, les activités de déforestation ou de dégradation des terres liées à l’agriculture libèrent environ un quart des émissions de gaz à effet de serre (GES). En raison de leur grande capacité de stockage du carbone, leur conservation et leur restauration sont considérées comme une solution naturelle essentielle pour contenir le réchauffement de la planète – et une solution qui peut offrir des bénéfices substantiels.

 Source : PFBC

Plus d’articles sur Restore the planet

You can enable/disable content protection from Theme Options and customize this message too.